Les vins de vos vacances sur la péninsule de Peljesac en Croatie

Peljesac et ses vins

Laissez-vous surprendre !

Nous sommes sur la route des vins de la Croatie du Sud, où la superficie du vignoble n’a cessé de s’étendre ces dernières années. La Croatie est réputée pour ses vins, et depuis plus de 100 ans, Peljesac s’est imposée avec son cépage, le Plavac Mali, comme base pour des vins rouges remarquables. Les Grecs y ont déjà cultivé la vigne, il y a 2400 ans…

En Croatie, la Slavonie est riche de ses vins, et toutes les îles et la côte dalmate. Des 180 000 ha. cultivés sous l’empire austro-hongrois, il ne restait que 62 150 hectares dans le pays après la Yougoslavie communiste, et avant l’entrée dans l’Union Européenne, le gouvernement a autorisé la plantation de 13 000 ha. supplémentaires : au total, une production de 50 millions de bouteilles par an, dont 8% de vins supérieurs, que l’on trouve près de chez nous !

Les vins sont produits dans les vignobles des villages de Postup et Dingac dont ils tirent les noms, mais partout sur la péninsule et les coteaux des alentours, on élève la vigne. Elle jouit là d’étés ensoleillés, et c’est pourquoi la plupart des producteurs gardent les larges feuilles proches du sol et laissent les ceps se développer, gardant ainsi l’ombre et préservant l’humidité de la terre. La vigne n’est pas « mal soignée » comme nous l’entendons souvent dire, mais au contraire…C’est pourquoi aussi les bouteilles titrent 14 à 16% d’alcool : des vins d’une belle couleur rubis, fruités et emplissant merveilleusement le palais quand on déguste des grillades ou de la viande en sauce.

Le Plavac Mali est très proche du Zinfandel de Californie, et certains viticulteurs de la région ont d’ailleurs émigré vers les USA lors des guerres de Yougoslavie.

Il faut aller voir aussi les pentes abruptes sur lesquelles ce vin est produit : on le boira autrement…

Dans les caves, on vous fera déguster le rouge Plavac Mali . Le Postup ( environ 60-70 Kunas la bouteille ) et le Dingac ( 70-90 Kunas ) seront souvent meilleurs ; parmi les vins blancs, originaires du cépage grasevina (proche du welschriesling en Franconie) le Posip est le cru local et Korcula produit beaucoup de blancs : excellent pour les grillades de poissons ou les apéritifs frais d’une belle journée d’été. Le rosé n’est pas de grande tradition et certains sont mauvais, vraiment. Quelques exceptions par exemple chez Matusko, avec la cuvée «Kristina».

Evidemment, chaque viticulteur aura son vin ; certains difficiles à boire, d’autres de vrais nectars. Nous connaissons certains privés ayant des vins bios loin de toutes autres exploitations, et qui, même s’ils ne sont pas présents sur le marché, ont des vins remarquables.